Financement alternatif pour les distributeurs de produits en gros

Financement / crédit-bail d’équipement

Une avenue est le financement / crédit-bail d’équipement. Les bailleurs de matériel aident les petites et moyennes entreprises à obtenir un financement et un crédit-bail d’équipement lorsqu’ils ne leur sont pas disponibles par l’intermédiaire de leur banque communautaire locale.

L’objectif d’un distributeur de produits en gros est de trouver une société de crédit-bail qui peut répondre à tous ses besoins de financement. Certains financiers se tournent vers les entreprises qui ont un bon crédit tandis que d’autres se tournent vers les entreprises avec un mauvais crédit. Certains financiers se tournent strictement vers les entreprises dont les revenus sont très élevés (10 millions ou plus). D’autres financiers se concentrent sur les transactions de petits billets avec des coûts d’équipement inférieurs à 100 000 $.

Les bailleurs de fonds peuvent financer des équipements d’un coût aussi bas que 1000,00 et jusqu’à 1 million. Les entreprises doivent rechercher des taux de location compétitifs et acheter des marges de crédit d’équipement, des cessions-cessions et des programmes de demande de crédit. Profitez de l’occasion pour obtenir un devis de location la prochaine fois que vous êtes sur le marché.

Avance de fonds du commerçant

Il n’est pas très courant que les distributeurs en gros de produits acceptent le débit ou le crédit de leurs marchands, même si c’est une option. Cependant, leurs marchands ont besoin d’argent pour acheter les produits. Les commerçants peuvent faire des avances de fonds pour acheter vos produits, ce qui augmentera vos ventes.

Affacturage / Financement des comptes clients et Financement des bons de commande

Une chose est sûre en ce qui concerne l’affacturage ou le financement de bons de commande pour les grossistes distributeurs de produits: plus la transaction est simple, mieux c’est car PACA entre en jeu. Chaque transaction individuelle est examinée au cas par cas.

PACA est-il un problème? Réponse: Le processus doit être dévoilé au producteur.

Factors et P.O. les financeurs ne prêtent pas sur inventaire. Supposons qu’un distributeur de produits vende à quelques supermarchés locaux. Les comptes débiteurs tournent généralement très rapidement car les produits sont un élément périssable. Cependant, cela dépend de l’endroit où le distributeur de produits s’approvisionnent réellement. Si l’approvisionnement est effectué avec un distributeur plus important, il n’y aura probablement pas de problème pour le financement des comptes clients et / ou le financement des bons de commande. Cependant, si l’approvisionnement se fait directement auprès des producteurs, le financement doit être fait avec plus de soin.

Un scénario encore meilleur est celui d’une valeur ajoutée. Exemple: quelqu’un achète des poivrons verts, rouges et jaunes à divers producteurs. Ils emballent ces articles et les vendent ensuite sous forme d’articles emballés. Parfois, ce processus à valeur ajoutée d’emballage, de groupage et de vente sera suffisant pour le facteur ou le P.O. financeur à regarder favorablement. Le distributeur a fourni une valeur ajoutée suffisante ou a suffisamment modifié le produit là où PACA ne s’applique pas nécessairement.

Un autre exemple pourrait être un distributeur de produits prenant le produit et le découpant, puis l’emballant et le distribuant ensuite. Il pourrait y avoir du potentiel ici parce que le distributeur pourrait vendre le produit à de grandes chaînes de supermarchés – en d’autres termes, les débiteurs pourraient très bien être très bons. La façon dont ils s’approvisionnent en produit aura un impact et ce qu’ils font avec le produit une fois qu’ils se l’approvisionnent aura un impact. C’est la partie que le facteur ou P.O. financeur ne le saura jamais tant qu’il n’aura pas regardé la transaction et c’est pourquoi les cas individuels sont aléatoires.

Que peut-on faire dans le cadre d’un programme de bons de commande?

P.O. les financeurs aiment financer les produits finis livrés à un client final. Ils sont plus aptes à fournir du financement lorsqu’il n’y a qu’un seul client et un seul fournisseur.

Disons qu’un distributeur de fruits et légumes a un tas de commandes et qu’il y a parfois des problèmes de financement du produit. Le P.O. Financer voudra quelqu’un qui a une grosse commande (au moins 50 000,00 $ ou plus) d’un grand supermarché. Le P.O. financeur voudra entendre quelque chose comme ceci du distributeur de fruits et légumes: « J’achète tout le produit dont j’ai besoin à un producteur en une seule fois que je peux avoir transporté au supermarché et je ne touche jamais au produit. Je ne vais pas de l’emmener dans mon entrepôt et je ne vais rien y faire comme le laver ou l’emballer. La seule chose que je fais est d’obtenir la commande au supermarché et je passe la commande avec mon producteur et mon producteur l’expédie directement au supermarché.  »

C’est le scénario idéal pour un P.O. financeur. Il y a un fournisseur et un acheteur et le distributeur ne touche jamais l’inventaire. C’est un tueur automatique de transaction (pour le financement P.O. et non l’affacturage) lorsque le distributeur touche l’inventaire. Le P.O. financeur aura payé le producteur pour les marchandises afin que le P.O. financeur sait avec certitude que le producteur a été payé, puis la facture est créée. Lorsque cela se produit, le P.O. financeur peut également faire l’affacturage ou il peut y avoir un autre prêteur en place (soit un autre facteur, soit un prêteur basé sur les actifs). P.O. le financement s’accompagne toujours d’une stratégie de sortie et c’est toujours un autre prêteur ou l’entreprise qui a fait le P.O. financement qui peut alors entrer et factoriser les créances.

La stratégie de sortie est simple: lorsque les marchandises sont livré, la facture est créée, puis quelqu’un doit rembourser la facilité de commande d’achat. C’est un peu plus facile quand la même entreprise fait le P.O. le financement et l’affacturage car il n’est pas nécessaire de conclure un accord entre créanciers.

Parfois, P.O. le financement ne peut pas être fait mais l’affacturage peut l’être.

Disons que le distributeur achète à différents producteurs et transporte un tas de produits différents. Le distributeur va l’entreposer et le livrer en fonction des besoins de ses clients. Cela ne serait pas admissible pour P.O. financement mais pas pour l’affacturage (les sociétés P.O. Finance ne veulent jamais financer des biens qui vont être placés dans leur entrepôt pour constituer des stocks). Le facteur considérera que le distributeur achète les produits à différents producteurs. Les facteurs savent que si les producteurs ne sont pas payés, c’est comme un privilège de mécanicien pour un entrepreneur. Un privilège peut être mis sur la créance jusqu’à l’acheteur final afin que toute personne prise au milieu n’ait aucun droit ni aucune réclamation.

L’idée est de s’assurer que les fournisseurs sont payés car PACA a été créé pour protéger les agriculteurs / producteurs aux États-Unis. De plus, si le fournisseur n’est pas le producteur final, le financeur n’aura aucun moyen de savoir si le producteur final est payé.

Exemple: un distributeur de fruits frais achète un gros inventaire. Une partie de l’inventaire est convertie en coupes de fruits / cocktails. Ils découpent et conditionnent les fruits sous forme de jus de fruits et d’emballages familiaux et vendent le produit dans un grand supermarché. En d’autres termes, ils ont presque complètement modifié le produit. L’affacturage peut être envisagé pour ce type de scénario. Le produit a été modifié mais il s’agit toujours de fruits frais et le distributeur a apporté une valeur ajoutée.

Leave a Reply